Les Opérations de paix multilatérales sont de plus en plus souvent confrontées à une série de problèmes de sécurité relativement nouveaux. Ces problèmes dépendent à la fois les uns des autres et se renforcent mutuellement. Ils ne s’arrêtent pas aux frontières. Leurs causes comme leurs conséquences se répercutent sur l'ensemble des programmes internationaux de sécurité, de consolidation de la paix et de développement. Deux des exemples les plus frappants de ces défis de sécurité non traditionnels sont la migration irrégulière et la traite des personnes...

Plusieurs Opérations de paix se sont notamment retrouvées à devoir protéger des personnes déplacées (à l’intérieur d’un pays – PDI), rapatrier des réfugiés et combattre des trafiquants d'êtres humains. Il existe des définitions claires et largement acceptées de la migration, des réfugiés, des personnes déplacées et de la traite des personnes. En revanche, la migration irrégulière n'a jamais été définie de façon universelle. De plus, les termes couramment utilisés dans les débats au niveau national – « irrégulier », « illégal », « sans papiers », « dépourvu de document » et « non autorisé » – ont chacun une connotation différente. Et, en dépit des définitions claires des termes « réfugiés » et « PDI » (termes humanitaires définis par les conventions internationales) ainsi que de la « migration irrégulière » et de la « traite des personnes » (termes légaux qui criminalisent certains migrants), il est parfois difficile dans la pratique de distinguer qui s’intègre dans quelle catégorie...

Observatoire Boutros-Ghali

  • Chaussée de Louvain 4671030Bruxelles
  • +32 (0)2 241 84 20
  • +32 (0)2 245 19 33

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vous recevrez chaque mois un récapitulatif de l'ensemble des publications et événements de l'Observatoire