Le "Maintien de la paix" réduit le nombre de morts, mais la violence non létale exerce également une influence tant sur la paix positive que sur la stabilité. Nous évaluons l’effet des soldats de la paix sur un type particulier de violence : la violence sexuelle. Nous postulons que les soldats de la paix rendent ces violences plus difficiles et favorisent des changements institutionnels et culturels qui diminuent l’ampleur de cette violence. Nous constatons que les missions réduisent la possibilité que ces violences soient commises et en limitent la prévalence ; et que les déploiements plus importants et les missions multidimentionnelles sont plus efficaces.

Lorsqu’il s’agit de mettre fin aux violences, les gouvernements réagissent plus rapidement que les groupes rebelles à la présence de contingents militaires ; les rebelles réagissent particulièrement bien lorsque les missions comportent d’importantes composantes civiles. Ces constats nourrissent notre compréhension du maintien de la paix de trois manières simples ; nous incluons la violence non létale dans notre évaluation du maintien de la paix ; nous soulignons l’importance de la taille des missions, et attirons l’attention sur la capacité d’utiliser la force et sur les programmations dirigées par des civils comme autant d’éléments déterminants pour l’efficacité ; et nous démontrons que la prise en compte de la violence non létale demande les mêmes outils que pour la violence létale mais est d’autant plus efficace qu’elle implique des initiatives d’origine civile...

Observatoire Boutros-Ghali

  • Avenue des Arts 7-8, 1210 Bruxelles
    (depuis le 01/09/20)
  • +32 (0) 484 942 792 
    (depuis le 01/09/20)

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vous recevrez chaque mois un récapitulatif de l'ensemble des publications et événements de l'Observatoire