Le Rapport du Secrétaire général sur le sort des enfants en temps de conflits armés a été publié ce mois-ci. Il porte sur la période de décembre 2019 à juin 2020 et rapporte les cas flagrants de violation des règles et normes internationales du droit des enfants.

Au cours de cette période, l’ONU a vérifié plus de 25 000 violations graves commises contre des enfants dans le monde. Plus de la moitié ont été le fait d’acteurs non étatiques et un tiers de forces gouvernementales et internationales. Parmi ces cas, 7 747 enfants, « dont certains n’avaient pas plus de 6 ans », ont été recrutés et utilisés par des groupes armés.

Au Mali, le Secrétaire général a salué la « collaboration continue » entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et l’ONU et constaté que la plupart des incidents de recrutement et d’utilisation d’enfants vérifiés en 2019 et attribués à la CMA se sont produits au cours des années passées. En revanche, l’armée malienne figure pour la première fois depuis 2014 dans la liste des auteurs de recrutement et l’utilisation d’enfants (215 pour la période considérée, dont 24 attribués aux forces armées maliennes). Au Mali, le nombre de violations grave s’élevait à 745 pour la période considérée.

Toujours selon le Rapport, en République démocratique du Congo (RDC) et en République centrafricaine (RCA), « l’augmentation du nombre de cas tient au nombre élevé de recrutements antérieurs vérifiés en 2019, à la suite de la mobilisation en faveur de plans d’action ou d’autres engagements ». Plus particulièrement, en RDC, l’ONU a vérifié 3 831 violations graves, contre 517 en RCA.

Le Secrétaire général s’est d’ailleurs félicité de la signature de plans d’action avec le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC). L’UPC a notamment nommé un point focal pour la protection de l’enfance aux fins de la mise en œuvre du plan d’action. Un plan d’action est un engagement écrit liant l’ONU et les parties figurant sur la liste des auteurs de graves violations à l’encontre des enfants.

Plateforme « War Is Not a Game » (WING)

La question des enfants affectés par les conflits armés fait partie des priorités thématiques du GRIP. En 2019, le GRIP a rejoint la plateforme Wing (War Is Not a Game). En marge des actions du gouvernement belge, WING a pour objectif de lutter contre le recrutement et pour la réinsertion des enfants soldats dans le monde avec pour objectif d’obtenir des résultats concrets et chiffrés au niveau international d’ici 2021.

De plus, le GRIP a publié un rapport sur l’évolution et les perspectives de la lutte contre le recrutement des enfants-soldats en RDC (2020), ainsi qu’un éclairage sur la persistance des cas de recrutement d’enfants aujourd’hui et sur leur utilisation (2019).

Projet piloté par le GRIP, l’Observatoire Boutros-Ghali du maintien de la paix est en train de rédiger une note d’analyse portant sur la protection de l’enfance dans les opérations de maintien de la paix.

Pour plus d’informations :

Crédit photo : UN Photo/Hervé Serefio

Observatoire Boutros-Ghali

  • Chaussée de Louvain 4671030Bruxelles
  • +32 (0)2 241 84 20
  • +32 (0)2 245 19 33

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vous recevrez chaque mois un récapitulatif de l'ensemble des publications et événements de l'Observatoire