Le rôle croissant des États riverains d’une zone de crise en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale confirme la posture proactive adoptée par ces États dans le cadre des mécanismes régionaux de paix et de sécurité, en vue de la stabilisation et du rétablissement de l’ordre institutionnel dans les pays voisins en crise.

Bien davantage, les mécanismes régionaux de sécurité collective s’affirment comme les pivots indispensables des opérations de paix onusiennes. Les partenariats renforcés entre les Nations unies et les organisations régionales constituent d’ailleurs un axe majeur du processus de réforme des OP onusiennes en cours.

Il est en effet admis aujourd’hui, à la lumière des crises comme celles du Mali ou de la RCA, que les Nations unies à elles seules ne peuvent pas soutenir un processus de paix sans le soutien des partenaires régionaux. Sans l’implication de ces acteurs, qui jouissent d’une légitimité et d’un avantage liés à leur statut de proximité géographique et culturelle, il n’y aurait pas d’architecture onusienne de sécurité viable...

Télécharger la publication

Crédit photo : Casques bleus sénégalais discutant avec un habitant d'un village près de Mopti au Mali (UN Photo/Gema Cortes)

Observatoire Boutros-Ghali

  • Avenue des Arts 7-8, 1210 Bruxelles
    (depuis le 01/09/20)
  • +32 (0) 484 942 792 
    (depuis le 01/09/20)

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vous recevrez chaque mois un récapitulatif de l'ensemble des publications et événements de l'Observatoire