Minusma Dutch Contingent in Gao. UNPhoto Marco Dormin

Les Pays-Bas ont annoncé le 15 juin qu’ils se retireraient de la mission de maintien de la paix des Nations unies au Mali (MINUSMA), à laquelle ils participent depuis 2014.

Le ministère de la Défense a indiqué dans un communiqué que « les Pays-Bas mettront fin à leur contribution actuelle à la mission des Nations Unies au Mali le 1er mai 2019 », afin « d’intensifier la contribution néerlandaise à la mission de l’OTAN en Afghanistan ».

Cette annonce intervient deux jours après la publication d’un rapport de la Cour des comptes néerlandaise, très critique à l’encontre du ministère de la Défense, affirmant que les Casques bleus néerlandais au Mali « manquent d’équipement, d’entraînement et disposent de matériel défectueux ».  En janvier, une commission néerlandaise, mise en place après la mort de deux Casques bleus néerlandais au Mali dans l’explosion accidentelle d’un mortier en 2016, avait déjà accusé le ministère de la Défense d’exercer un « contrôle insuffisant sur la sécurité au travail ». Cet incident avait mené à la démission de la ministre de la Défense Jeanine Hennis en octobre 2017. Au total, les Pays-Bas ont perdu quatre soldats depuis le début de leur engagement au Mali.

Près de 250 soldats néerlandais sont actuellement stationnés au Mali, alors que la MINUSMA comprend plus de 15 000 personnels, dont 12 000 militaires et 1 700 policiers. En septembre 2017, la présence des soldats néerlandais avait été prolongée jusqu’en décembre 2018. La même année, les Pays-Bas avaient déjà rapatrié trois hélicoptères de transport lourd CH-47D Chinook et quatre hélicoptères d’attaque AH-64D Apache.

Observatoire Boutros-Ghali

  • Chaussée de Louvain 4671030Bruxelles
  • +32 (0)2 241 84 20
  • +32 (0)2 245 19 33

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vous recevrez chaque mois un récapitulatif de l'ensemble des publications et événements de l'Observatoire