L’OIF a organisé un séminaire portant sur la génération de forces dans le cadre des opérations de maintien de la paix (OMP), les 24 et 25 juin 2019 à Djibouti, en partenariat avec les Autorités du pays, du Canada et de l’Irlande, l’ONU (Service intégré de la formation et Programme des Nations unies pour le développement), ainsi que l’Institut Themiis.

Co-construit avec l’appui de la Représentation de l’OIF à New York près les Nations unies et la Direction des affaires politiques et de la gouvernance démocratique du siège de l'OIF, le séminaire s’est tenu pour la première fois en français. Il a réuni près d’une cinquantaine de hauts cadres de l’armée et de la police d’Afrique francophone, chargés de la planification des déploiements nationaux au sein des missions de paix onusiennes, et issus d’une vingtaine de pays membres de l’OIF.

Le séminaire a été ouvert en présence de Hassan Omar Mohamed Bourhan, Ministre de la Défense, chargé des relations avec le Parlement de la République de Djibouti, Boubacar Issa Abdourhamane, Représentant permanent de l’OIF près l’Union africaine et la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique et Barbara Manzi, Coordinatrice-résidente du système des Nations unies à Djibouti.

Lors de son allocution, le Ministre Hassan Omar Mohamed a insisté sur défis actuels du maintien de la paix, à savoir des contextes d’intervention de plus en complexes et soulevant des enjeux liés à la robustesse des mandats des OMP, à la réalisation de tâches multidimensionnelles de consolidation de la paix, aux moyens logistiques limités dont disposent les missions, et à la non-maîtrise du français lorsqu’il s’agit de la langue du pays hôte.

Pour sa part, le Représentant permanent de l’OIF est revenu sur l’engagement de longue date de la Francophonie dans le maintien de la paix, dans un contexte où la moitié des missions de l’ONU et les deux-tiers de leurs personnels sont déployés dans l’espace francophone. La contribution du personnel francophone en uniforme aux OMP des Nations unies est en progression et par rapport au potentiel existant, les efforts sont à poursuivre afin de l’améliorer, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Enfin, Boubacar Issa Abdourhamane tout comme Barbara Manzi ont salué l’engagement que fournissent déjà les pays contributeurs francophones en soulignant que seule une action concertée permettra de relever les défis contemporains du maintien de la paix.

Pendant les deux jours de séminaire, les participants ont pu consolider leurs connaissances sur les différentes phases du cycle d’engament au sein d’une OMP. Les sujets abordés ont eu notamment trait à la formation, aux procédures de remboursement du personnel et du matériel des forces militaires ou de police des pays qui participent aux opérations de paix, à la déontologie et à la discipline, et à la politique des Nations unies concernant la prise en compte du genre et la lutte contre les exploitations et abus sexuels. Les participants ont aussi fait un plaidoyer pour la promotion du multilinguisme à l’ONU dans le domaine du maintien de paix, plus particulièrement s’agissant de la possibilité d’avoir davantage d’interlocuteurs francophones avec qui interagir et de la disponibilité en langue française de l’ensemble de la documentation et de la règlementation onusiennes pertinentes.

Ce séminaire reste en pleine adéquation avec la vision tracée par la Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo qui rappelait l’importance du « soutien à l’émergence d’une vision stratégique francophone autour des principaux enjeux du maintien de la paix ». C’est une contribution à la mise en œuvre de la Déclaration d’engagements communs concernant les opérations de maintien de la paix des Nations Unies, présentée par le Secrétaire général de l’ONU en août 2018 dans le cadre de son initiative « Action pour le maintien de la paix » visant à améliorer l’efficacité des OMP.

Il s’inscrit également dans le prolongement de la publication, en mars 2019, d’un guide pratique des pays contributeurs francophones aux OMP, réalisé par le Ministère des Armées de la France avec l’appui de l’OIF. Il sera suivi, en septembre prochain au Maroc, d’une formation francophone plus approfondie sur les mêmes thématiques, organisée par l’ONU, et qui capitalisera sur la rencontre de Djibouti.

Observatoire Boutros-Ghali

  • Chaussée de Louvain 4671030Bruxelles
  • +32 (0)2 241 84 20
  • +32 (0)2 245 19 33

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vous recevrez chaque mois un récapitulatif de l'ensemble des publications et événements de l'Observatoire