26 novembre 2022

Le rôle des opérations de paix de l’ONU dans les élections : les cas du Mali et de la RDC

La principale mission de l’Organisation des Nations unies est de promouvoir et maintenir la paix et la sécurité internationale, notamment à travers le règlement pacifique des conflits. L’organisation d’un scrutin représente par conséquent une étape fondamentale de tout processus de pacification, et est souvent considéré comme un marqueur du degré de réconciliation atteint par une société en crise.

Dans ce cadre, les élections constituent inévitablement un centre d’intérêt essentiel pour l’ONU, surtout lorsqu’elles se tiennent dans des pays instables où une opération de paix est déployée. Chaque année, l’ONU fournit une assistance électorale à près de 60 pays, dans le but d’accompagner l’institutionnalisation de la démocratie par la mise en place de processus électoraux libres, durables et crédibles, et ce à intervalles réguliers. Théoriquement l’organisation et le contrôle des élections relèvent de la compétence exclusive des États, et l’ONU reconnaît ce principe de souveraineté et d’appropriation nationale des élections. Aussi, le consentement et la demande d’un État sont des conditions préalables au déploiement d’une mission électorale onusienne. Cependant, dans des circonstances exceptionnelles, ces missions peuvent être imposées par la communauté internationale, en prenant donc une forme bien plus intrusive…

Le rôle des opérations de paix de l’ONU dans les élections – Les cas du Mali et de la RDC

Plus de publications
Plus de publications

Michel Luntumbue est licencié en Sciences politiques et Relations Internationales et chargé de recherche au GRIP. Ses travaux portent sur les problématiques de l’amélioration de la sécurité humaine, la prévention des conflits, le renforcement de l’état de droit dans les pays d’Afrique centrale et occidentale, mais aussi sur le rôle des institutions régionales africaines, et l’architecture africaine de paix et sécurité (APSA). Michel Luntumbue a assuré également, de 2013 à 2016, la coordination scientifique de l’Observatoire pluriannuel des enjeux sociopolitiques et sécuritaires en Afrique équatoriale et dans les îles du golfe de Guinée, financé par la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS, France). Depuis 2017, il assure, la coordination scientifique de l’Observatoire Boutros-Ghali du maintien de la paix.

Plus de publications

Federico Santopinto est directeur de recherche à l’IRIS, spécialisé dans l’intégration européenne en matière de défense et de politique étrangère, ainsi que dans la coopération militaire et sécuritaire entre l’Union européenne (UE) et l’Afrique. À ce titre, il suit également les politiques de coopération au développement de l’UE utilisées comme outil de prévention et de gestion des conflits.

Diplômé de l’Université de Florence en Sciences politiques (option internationale), Federico Santopinto a également obtenu un master en Politique internationale à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Il a ensuite exercé, pendant plus de dix ans, l’activité d’observateur électoral de long terme pour l’UE, principalement dans des pays post-conflit en Afrique. Il a parallèlement intégré le GRIP (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité), un institut de recherche spécialisé dans la maîtrise des armements, où il a longtemps travaillé tant sur l’Europe que sur le maintien de la paix onusien. Il a notamment assuré dans ce cadre la gestion de l’Observatoire Boutros-Ghali du maintien de la paix (OBG). Federico Santopinto travaille également occasionnellement pour l’ULB en qualité d’expert associé.

Suivez-nous

526FansJ'aime
502SuiveursSuivre
257AbonnésS'abonner

Dernières publications