Le 15 novembre 2017, le Canada a confirmé, dans le cadre de la Réunion des ministres de la Défense sur le maintien de la paix à Vancouver, sa volonté de renforcer sa présence militaire dans les opérations de paix des Nations unies pour une durée de cinq ans. Cette annonce concrétise la promesse faite en août 2016, par le Premier ministre Justin Trudeau, de déployer 600 soldats et 150 policiers dans les opérations de paix des Nations unies. Afin de moderniser ces dernières,  le Canada fournira, sur une période maximale de douze mois, un appui aérien tactique aux Nations unies (avions de transport) ainsi qu’une force opérationnelle d’aviation composée de plusieurs hélicoptères...

Par ailleurs, une force de réaction rapide de 200 soldats bien formés et équipés, sera déployée au sein d’une opération de paix. Enfin, de nouvelles formations et mentorats seront mis en place pour améliorer l’efficacité des Casques bleus qui agissent dans des environnements d’interventions de plus en plus complexes. Cependant, par soucis de sécurité pour ses soldats, le Canada fait le choix de ne pas envoyer de Casques bleus au Mali dans le cadre de la MINUSMA, comme cela avait été originellement prévu l’année dernière.

Néanmoins, Ottawa est encore en phase de discussion avec les Nations unies et n’a donné aucune information sur le calendrier de déploiement de ses troupes. Selon le journaliste Jacques N.Godbout, « il faudra encore six à neuf mois de négociations avec les Nations unies pour déterminer où et quand les capacités offertes par le Canada seront nécessaires ». 

Parallèlement à toutes ces mesures, le Canada a rappelé son engagement dans la lutte contre l’enrôlement des enfants soldats dans les conflits et le déficit de parité dans les opérations de paix des Nations unies. Sur le premier point, un programme intitulé « principes de Vancouver sur le maintien de la paix et la prévention du recrutement et de l’utilisation d’enfants-soldats » et permettant d’identifier les signes avant-coureurs du recrutement des enfants dans les conflits, a été lancé. Quant à la question de l’égalité des sexes dans les opérations de paix, Justin Trudeau a annoncé l’Initiative Elsie, qui vise à mettre en place plusieurs approches pour augmenter considérablement la proportion des femmes dans le personnel onusien déployé.

Les conclusions de la réunion des ministres de la Défense à Vancouver, répondent en partie aux critiques formulées à l’encontre des opérations de paix onusiennes, par les  participants du 4e forum international de Dakar sur la paix et la sécurité  en Afrique (13-14 novembre 2017).  En dépit de plusieurs rapports onusiens visant à réformer les opérations de paix (rapport Brahimi et rapport HIPPO),  nombre de chefs d’États africains ainsi que le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, ont regretté le caractère inadapté des opérations de paix onusiennes en Afrique, face au caractère changeant des conflits (notamment  avec la multiplication des menaces asymétriques), et les résultats plus que mitigés des missions. Le personnel onusien étant de plus en plus ciblé par des attaques, il arrive que les Casques bleus consacrent une large partie de leurs moyens à leur propre sécurité. Alors que le terrorisme semble accentuer son glissement vers l’Afrique sahélienne, une partie des dirigeants africains, comme le président sénégalais Macky Sall, ont rappelé que le continent avait avant tout besoin « d’une force d’imposition de la paix », telle que la Force conjointe du G5 Sahel. Par ailleurs, le SGA en charge du maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a  pour sa part reconnu qu’il était indispensable que les opérations de paix soient dotées d’équipements modernes et à la hauteur des objectifs fixés, pour être plus mobiles et moins vulnérable aux attaques. Le haut fonctionnaire onusien a conclu par ailleurs que l’avenir de l’Afrique reposait sur une complémentarité entre les opérations de maintien de la paix et les forces de lutte antiterroriste.

Sources :

  • Jacques N. Godbout, « Le Canada propose à l’ONU force de réaction rapide, formateurs, hélicoptères et avions », 45eNord.ca, 15 novembre 2017.
  • « Le Canada renforce ses mesures de maintien de la paix et de protection des civils », Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, 15 novembre 2017.
  • Claire Meynial ,« À Dakar, le procès des opérations de maintien de la paix »,Le Point Afrique, 16 novembre 2017.

Observatoire Boutros-Ghali

  • Chaussée de Louvain 4671030Bruxelles
  • +32 (0)2 241 84 20
  • +32 (0)2 245 19 33

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion et vous recevrez chaque mois un récapitulatif de l'ensemble des publications et événements de l'Observatoire